Unité de valorisation organique


Cette unité traite la matière organique extraite des déchets ménagers résiduels par le centre de tri (restes alimentaires, déchets de jardin…).

Unité de valorisation organiqueElle se compose d’un process de méthanisation, suivi d’une étape de compostage. Les sorties de cette unité sont doubles :

  1. Du biogaz (gaz combustible riche en méthane), qui est valorisé en chaleur et en électricité verte vendue au réseau EDF.
  2. Du compost

Préparation de la matière avant méthanisation (TFR et tri secondaire)

Avant d'envoyer la matière organique dans le process de méthanisation, il est nécessaire de la faire passer par plusieurs étapes de préparation.

Tout d’abord, des TFR (ou Tubes de Fermentation Rotatifs), longs tubes tournants de près de 50 mètres de long et 4 mètres de diamètre ont pour mission de désagréger la matière et d'initier la fermentation. Le centre dispose de 2 TFR dans lesquels les déchets restent environ 2 jours.

Une fois sortis de ces TFR, ils empruntent une ligne de tri secondaire, dont le but est d’affiner le tri primaire réalisé en amont. Un trommel avec une maille de 25 mm élimine les éléments grossiers (essentiellement des plastiques) pour ne garder que la fraction la plus fine qui passe ensuite dans deux séparateurs balistiques et un crible à effet trampoline qui retirent, pour finir, les tous derniers éléments inertes (morceaux de verre, cailloux, gravier…). La matière ainsi obtenue, constituée uniquement d’éléments organiques, est envoyée en méthanisation.

Voir une vidéo du fonctionnement des TFR et du tri secondaire

Méthanisation

La méthanisation est une reproduction, à échelle industrielle, d’un phénomène naturel et biologique de dégradation de la matière organique.
Son principe est simple : placés en enceintes hermétiques (appelées « digesteurs »), les déchets organiques sont dégradés par des bactéries. Ce processus de fermentation se déroule en l’absence d’oxygène (il s’agit de ce que l’on appelle une fermentation anaérobie).

Le centre EveRé est équipé de deux digesteurs, de technologie Valorga, chacun d'une capacité de 4200 m³, ce qui représente environ 3 000 tonnes de matière organique à l’intérieur, réparties sur 15 mètres de hauteur.

Cette matière organique fermente à l’intérieur des digesteurs pendant 3 semaines à une température stable d’environ 37 °C (on parle de méthanisation mésophile, car la température est peu élevée).

Pendant ce temps de fermentation, la matière libère du biogaz, un gaz combustible riche en méthane (environ 60%) qui est capté en partie haute des digesteurs.

Une partie de ce biogaz est mise sous pression et recirculée à la base des digesteurs pour brasser et homogénéiser la matière à l’intérieur. L’autre partie est envoyée dans un moteur de cogénération pour produire de la chaleur (réutilisée par EveRé) et de l’électricité verte (mise sur le réseau EDF).

Compostage (déshydratation, séchage, maturation, affinage)

Après 3 semaines, la matière en sortie des digesteurs (appelée « digestat ») est déshydratée dans des centrifugeuses.

La fraction liquide obtenue est envoyée vers la station d’épuration d’EveRé. Une fois traitée et épurée, cette eau est réutilisée pour les besoins internes du site. Pour plus de détails, voir la partie « L’eau sur le site ».

La fraction solide obtenue après déshydratation continue son parcours vers une étape de séchage dont le but est, là encore, de diminuer l’humidité.

Concrètement, la matière est d’abord mélangée à du structurant (déchets verts, écorces d’arbres…) afin d’être aérée. Elle est ensuite envoyée dans un tunnel de séchage où elle est réchauffée, pendant 3 jours, par de l’air chaud à 75°C.

Une fois séchée, l’étape de maturation peut commencer : la matière est mise en tas (ou « andains ») pendant environ un mois avec des retournements fréquents pour permettre sa bonne aération. Cette étape de maturation a pour rôle de parfaire l'hygiénisation de la biomasse, d'augmenter la masse de matière sèche dans le produit et de finaliser la désodorisation.

Après un mois, la matière est reprise et est affinée, c’est-à-dire qu’elle passe par un trommel avec une maille très fine qui permet de retirer le structurant (qui est renvoyé en tête de l’étape de séchage) et isole la fraction fine, le compost.

Le compost est ensuite analysé par un laboratoire extérieur au regard des exigences de la norme NF U44-051, après quoi il peut être valorisé.

Voir une vidéo des quatre étapes du process de compostage